7 choses à savoir sur le cannabis thérapeutiques en France

cannabis médical expérimentation france guide cbd agence cbd

1. Qu'est-ce que le cannabis thérapeutique ? 

Le « cannabis thérapeutique » ou « cannabis médical », représente l’ensemble des phyto-cannabinoïdes, présents dans la plante de chanvre (également connue sous le nom de Cannabis sativa) destinés à un usage strictement médical et le plus souvent prescrits pour leurs vertus antiémétiques.

L’usage thérapeutique du cannabis est permis, voire légal et ne cesse d’augmenter dans de nombreux pays et états des USA (Canada, Australie, Royaume-Uni, Pays-Bas, Allemagne, Italie, Espagne, Portugal, Roumanie, Finlande, Israël, Californie, Nevada, Illinois...). Vous l’aurez compris, la liste est longue !

Son usage nécessite une ordonnance, ou bien une confirmation de diagnostic médical.

La distinction entre l’usage thérapeutique et l’usage récréatif de la plante de cannabis est assez récente. Cependant, on a pu retrouver des écrits égyptiens datant du 18ᵉ siècle avant J.-C et dont certains font état de son utilisation : « plante médicale de la marijuana ».

Le cannabis est également mentionné dans de nombreux textes chinois et indiens et notamment dans le plus ancien recueil traitant du pouvoir des plantes médicinales.

2. Quelles sont les indications du cannabis thérapeutique ?

Le cannabis médical est généralement prescrit comme antalgique, sédatif, antiémétique ou antispasmodique. Il permet de soulager les patients dont les douleurs résistent aux traitements traditionnels. Il obtient aussi d'excellents résultats pour le traitement des troubles du sommeil, des maladies chroniques et/ou musculaires ainsi que dans le traitement des nausées dues à la chimiothérapie.

De récentes études, en attente de confirmation, suggère une efficacité possible pour les maladies neurodégénératives telles qu’Alzheimer, la maladie de Charcot ou encore Parkinson.

L’usage du cannabis à des fins thérapeutiques est jugé adéquat par l’ANSM (Agence Nationale de Sécurité du Médicament et des produits de santé) en cas de soulagement insuffisant ou d’une mauvaise tolérance aux traitements dits « classiques ».

3. À qui est destiné le cannabis thérapeutique ?

Voici les 5 indications médicales retenues par le comité scientifique dans l’expérimentation du cannabis thérapeutiques en France :

  • Douleurs neuropathiques réfractaires aux thérapies accessibles (qu’elles soient médicamenteuses ou non)
  • Certaines formes d’épilepsie sévères
  • Certains symptômes liés au cancer ou à ses traitements.
  • Soins palliatifs
  • Sclérose en plaques et autres pathologies du système nerveux central.

Ces indications viennent en complément des autres traitements et non pas en remplacement de ceux-ci.

4. Sous quelle forme peut-on prescrire le cannabis thérapeutique ?

La fumée étant nocive, il n’est aucunement question de vous prescrire un « joint » ni même de vous conseiller ce mode d’administration. L’ANSM a d’ailleurs totalement exclu ce type d’utilisation.

Il sera donc question d’une prise sous forme de comprimés, gouttes sublinguales, inhalation, spray ou encore suppositoires.

5. L'expérimentation de cannabis thérapeutique en France

Le 26 mars 2021, à la demande du ministre de la Santé, Olivier Véran, la France entame l’expérimentation du cannabis thérapeutique, et ce, pour une durée de deux ans.

"C'était un de mes engagements de médecin, je l'ai porté à l'assemblée nationale en tant que député, et je suis fier de l'annoncer en tant que ministre : la France expérimente l'usage médical du cannabis. J'étais aujourd'hui au côté du Pr Nicolas Authier pour la 1ere prescription." (Olivier Véran)

L’étude se fait dans un cadre strict et très contrôlé. Un comité scientifique temporaire de 13 membres participe à cette expérimentation. Ils observeront le déroulement de celle-ci et pourront éventuellement proposer de nouveaux ajustements à partir des données récoltées.

Le traitement se fait sur 3000 patients souffrant de maladies graves tels que l’épilepsie, la sclérose en plaques. Ces patients seront traités avec du cannabis thérapeutique sous forme d’huile et de fleurs séchées au sein de 215 structures volontaires sur l’ensemble du territoire français.

Après s’être fait délivrer une ordonnance sécurisée faite par un médecin faisant partie de l’expérimentation, le patient pourra être suivi par des médecins libéraux, formés et volontaires.

Le renouvellement de l’ordonnance se fera à minima tous les mois, ou plus fréquemment en cas de changement de posologie. D’autres consultations sont prévues afin de recueillir les différentes données des sujets.

L’objectif premier de cette expérimentation est d’évaluer le dispositif d’accessibilité au cannabis médical et sa pertinence sur les professionnels de santé et les patients. Dans un second temps, il s’agira d’analyser les éléments obtenus en termes d’efficacité et de sécurité.

6. Cas des laboratoires français

Pour lancer cette expérimentation, la France a dû recourir à des producteurs étrangers étant donné que la loi interdit la culture des plans de cannabis avec plus de 0,2 % de THC.

C'est bien là que réside tout le paradoxe de cette expérimentation puisqu’il est toujours interdit de faire pousser ou même de transformer du cannabis en France. Ce qui exclut de fait toute entreprise située France.

Seul le laboratoire « Boiron » a été retenu par l’ANSM pour se charger de la distribution et du stockage, en binôme avec des multinationales américaines comme « Tilray et Aurora », canadiennes, australiennes ou encore israéliennes.

De son côté, le laboratoire Stanipharm à Champigneulles, situé près de Nancy, élabore des formulations pour de futurs traitements. L’ANSM leur a, en effet, accordé son approbation, mais seulement pour des essais in vitro. La biotech ne participe donc pas à cette vaste étude concernant le cannabis médical.

7. Prise en charge et remboursement

Le cannabis thérapeutique sera totalement pris en charge pour les patients, et ce, pendant les deux ans de l’expérimentation. En ce qui concerne de futurs remboursements, il s’agira d’analyser ses coûts ainsi que ses bénéfices sur le plan sanitaire. Suite au prochain épisode !

Laisser un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être publiés